Vous avez identifié les valeurs qui vous animent dans votre nouveau projet ? Il est temps désormais de passer à la phase 4 de votre Ikigaï et de penser à vous faire rémunérer pour tout ce que vous allez offrir autour de vous, autrement dit ou monétiser votre projet.  Eh oui, si on vivait d’amour et d’eau fraîche, cela se saurait depuis longtemps 😉

Quelles sont vos compétences rémunératrices ?

Vous allez commencer par réfléchir à toutes les activités pour lesquelles vous êtes actuellement payés, sur vos compétences techniques, vous savez, celles que vous faîtes figurer  dans le bloc « compétences » de votre CV (autrement dit les « hardskills »). Quelles sont d’ailleurs celles que vous souhaiteriez retrouver ou continuer à utiliser dans votre job idéal ?

Avez-vous à côté des activités extra professionnelles qui vous rapportent également de l’argent (même si ce n’est que peu rémunérateur) ? L’idée est de vous interroger sur la valeur monétaire de toutes vos réalisations ou tâches quotidiennes, tout ce qui vous enrichit personnellement. Il s’agit donc de toutes ces actions bénévoles ou extra-professionnelles qui révéleraient des talents chez vous encore inexploités dans un contexte professionnel. Je prends un exemple : vous adorez faire des vide-greniers le week-end avec vos enfants et le soir votre stand s’est bien vidé et vous êtes satisfait de la somme récoltée : vous avez peut-être des talents relationnels et des compétences commerciales non encore exploitées professionnellement.

Comment monétiser son projet dans le cadre de la démarche Ikigaï

Comment établissez-vous votre balance dépenses/recettes ?

Le but de cette réflexion est de visualiser ce que vous pouvez vous autoriser à faire financièrement. Quel niveau de risque pouvez-vous vous prendre sans mettre en danger votre famille ? C’est pour cela que cette sphère est la plus évolutive car vos besoins vont constamment évoluer selon votre situation.

Tout dépend :
-> De l’environnement familial dans lequel vous vivez :
Seuls ou avec des jeunes enfants ou enfants suivant des études coûteuses. Leurs besoins financiers peuvent varier considérablement en fonction de l’âge.

-> De votre vision du monde :
– Pour certains, travail et plaisir sont incompatibles (il faut gagner sa vie à la sueur de son front)
– Pour d’autres, si le travail est source de plaisir, ça va déséquilibrer leur vie personnelle
– Enfin, certains pensent que l’argent est un but, d’autres un moyen

Quel est le prix à payer pour réaliser votre rêve ? Y a-t-il des sacrifices ou des renoncements à faire ? Si vous souhaitez travailler à mi-temps parce que vous avez des enfants en bas âge et que vous souhaitez gagner 5000 € par mois, cela risque d’être difficilement conciliable.
Voici quelques questions qui vous amènerons à certaines prises de conscience et vous aideront à monétiser votre projet de reconversion :

  • Combien dépensez-vous chaque mois, chaque année ?
  • Quelles sont vos dépenses obligatoires ? facultatives ?
  • Quel est le strict minimum en dessous duquel vous ne souhaitez pas descendre actuellement ?
  • Pour les entrepreneurs, établissez votre Business Model
  • Votre projet générera t-il assez de Chiffres d’Affaires pour en vivre agréablement ?

Vous allez donc établir une fourchette entre les 2.

Monétiser son projet : les ingrédients indispensables

La sphère Rémunération de l’Ikigaï est donc bien est une combinaison de plusieurs facteurs qui vous permettront d’être cohérent dans vos choix de vie. Il s’agit donc bien :

  • que cette nouvelle activité vous fasse envie et plaisir (en référence à vos goûts) :  
  • qu’elle fasse sens pour vous (référence à vos valeurs)  et qu’elle réponde à un besoin de vos clients pour les entrepreneurs
  • que vous ayez les aptitudes humaines et comportementales pour l’exercer (référence à vos talents)
  • Et les compétences et connaissances plus techniques. Si celles que vous possédez sont en plus recherchées par les employeurs ou des clients potentiels, vous pourrez facilement les mettre à leur service contre rémunération.

Et enfin pour terminer, j’aimerais ajouter que la valorisation n’est pas simplement monétaire mais qu’elle peut aussi être morale, si l’argent n’est pas un besoin pour vous. Je prends parfois l’exemple de Mère Térésa qui avait trouvé son Ikigaï à sa façon…

Et vous, arrivez-vous à vivre sereinement de votre activité ? Si oui, partagez-nous vos recettes ! Si non, dîtes nous ce qui vous manque, ou….je vous invite à participer à mon prochain atelier Ikigaï 😉

Envie de mettre en pratique ?

Vous êtes intéressée et vous voudriez participer à un de mes ateliers collectifs sur Nantes ou en ligne.
Catégories : Ikigai

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *