De plus en plus d’employeurs privilégient les savoir-être dans leur processus de recrutement. Les fameuses
softskills sont de plus plébiscitées, au détriment des compétences acquises (savoirs et savoir-faire) qui elles se périment de plus en plus vite. Intelligence sociale, transdisciplinarité, l’aptitude à collaborer virtuellement et maîtrise des codes interculturels deviennent des « must ». Le développement des compétences interpersonnelles est de plus en plus plébiscité.
Il sera désormais indispensable de posséder d’actualiser et de renouveler de nombreuses compétences parfois très éloignées de sa formation initiale.
On estime que la somme des connaissances mondiales double environ tous les 4 ans et ce n’est pas sans conséquences sur le monde professionnel : certains métiers vont disparaître, d’autres vont surgir mais tous vont être bouleversés. Des études ont montré que les salariés restent désormais compétents sur une technique de 2 ans ½ à 5 ans (contre une dizaine d’années auparavant). C’est encore plus rapide dans le secteur de l’informatique. Un actif devrait être en mesure de se mettre à la page durant tout son parcours de manière régulière et continue.
La conséquence est donc une orientation progressive vers des apprentissages courts, ludiques et immédiatement exploitables.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *